INN et M13 : Les Au revoir, et les bon débarras

Comme l’an dernier, je vais donner mon opinion (très personnelle) sur la rotation Standard qui s’approche à grands pas, et sur les cartes et les mécaniques de jeu qui vont nous quitter dans quelques semaines. On commence avec le bloc Innistrad.

  • Bon débarras, les Flip Cards. On dirait que la R&D actuelle ne sera contente que lorsque les dernières traces des pierres fondatrices de Magic auront disparues. Ici, c’est la constante « Le dos de toutes les cartes Magic doit être identique » qui a été piétinée, et ce pour un résultat plus que médiocre : outre des règles de draft qui ont dues être bricolées pour s’adapter à cette « innovation », les cartes doubles n’ont pas fait trembler le jeu construit, hormis lorsqu’elles étaient visiblement trop poussées en terme de puissance (Sondeur des Secrets, Garruk l’Implacable et le Maître-Chasseur de la Lande viennent à l’esprit).
  • Au revoir Flashback. Les cartes Flashback étaient intéressantes dans la mesure où elles permettaient soit une meilleure gestion de la mana (Réfléchir à deux fois), soit de jouer avec le cimetière (Sacres de Déterrement, le premier sort de réanimation qu’on peut auto-meuler). Si les Sacres ainsi que les Ames Persistantes étaient visiblement un poil trop puissants (au vu de la domination de Junk Rites dans le format pendant longtemps), de nombreuses autres cartes flashback ont été jouées pendant ces deux dernières années, montrant une mécanique bien pensée et bien implémentée.
  • Bon débarras, Tiago Chan. En parlant de Flashback, qui a pensé que donner le Flashback à n’importe quel sort pour 1U avec un corps 2/1 attaché était une bonne idée ? Le principal problème lié au Snapcaster Mage est que nous avons eu droit pour l’occasion à 2 ans de sorts absolument pitoyables au niveau des coûts de mana, dans la mesure où il ne fallait surtout pas risquer des sorts agressivement chiffrés qui auraient provoqué une interaction trop forte avec le Snapcaster. C’est la raison pour laquelle nous avons droit par exemple à l’Hélice de la Meneuse de Guerre au lieu d’une Réédition de l’Hélice d’éclair. Joie. :( Dans les formats éternels, l’influence de Tiago est bien évidemment encore pire.
  • Au revoir les Humains. Innistrad était un bloc très intéressant de ce point de vue, avec une thématique tribale autour des humains encore jamais vue avant, ce qui était une excellente idée, aussi bien au niveau de l’histoire du bloc que du jeu construit. On pense bien entendu au Champion de la Paroisse, qui a permis des démarrages bien agressifs à de nombreux decks humains.
  • Bon débarras le Geist de St-Traft. Cette carte est exécrable, aussi bien du point de vue du design que du niveau de puissance, et exemplifie la dégénérescence de la Défense Talismanique (elle-même symptomatique d’une R&D ne réfléchissant plus qu’en terme de « all upside » (jamais de point négatif aux cartes)). Hélas, le Geist va désormais pouvoir continuer à hanter les formats Eternels. Cette remarque vaut pour son complice, le sinistre Pisteur Invisible.
  • Au revoir les Vampires et les Zombies. Ces deux tribus noires ont vu d’excellent decks Aggros construits autour d’elles, et ce sera dommage de les voir partir. On peut citer le Rampeur des Tombes, le Messager de Geralf, le Noble de Stromkirk, l’Aristocrate Falkenrath…
  • Bon débarras les Miracles. Oui, j’ai joué des Bûchers des Damnés, des Terminus, des Implorez les Anges, voire même quelques Maîtrises Temporelles pendant deux ans, mais je suis le premier à reconnaître le côté frustrant de cette mécanique, qui rend les topdecks chanceux encore plus oppressants. Par ailleurs, cette mécanique a, tout comme pour le Mage Lancevif, été responsable de la disparition totale de la possibilité de manipuler le dessus de sa bibliothèque si l’on excepte une nullité comme Index. En Legacy, comme le faisait remarquer un de mes amis, jouer Terminus et Implorer les Anges dans un deck avec 4 Sensei’s Divining Top, 4 Brainstorm et 4 Jace, the Mind Sculptor, ça rend les Miracles encore plus facile à sortir qu’à Lourdes…
  • Bon débarras l’Ange de la Restauration. Je sais que cela va en faire sourire quelques uns dans la mesure où je pense que cette beauté est la deuxième créature que j’ai le plus invoquée dans l’année écoulée (la première étant bien évidemment son ami le Thragcorne (« Porte toujours 16 lances »), mais les cartes ne peuvent pas être évaluées dans le vide, et il faut bien dire que la surabondance de sorts attachés à des créatures ces dernières années (les effets dits « 187 ») rend une carte comme l’Ange absolument déstabilisante pour le format. Du simple Ranger des Frontières au Thragcorne en passant par l’ami Tiago, les « blinks » de l’Ange se sont vraiment révélés trop forts.
  • Au revoir les terrains utilitaires. Ces 10 terrains (Lieu Hanté de la Lande, Comté de Gavonie et les autres) ont constitué un excellent cycle pendant leurs deux ans d’activité. A ma connaissance, seuls le Hall de Sang Stensien et la Sinistre forêt sauvage n’ont pas été joués dans des listes à haut niveau, les 8 autres l’ont été, avec bien évidemment mention spéciale pour la Garenne au loup de Kessig, la Lande Hantée, le Cimetière Marin de Néphalie et le Comté de Gavonie.
  • Au revoir les checklands ennemis. Que dire de plus ? Nous avons eu la chance grâce à ces checklands de disposer d’une mana quasiment parfaite pour les decks 3 couleurs, mais la fête est finie.
  • Bon débarras, Caverne des Ames. Ce terrain est une fois encore la preuve de la détestation qu’entretient la R&D pour toute forme de contremagie efficace, ainsi qu’une preuve de l’approche consistant à sortir des cartes très puissantes dans un certain contexte (ici, Fuite de mana dans un contexte tempo très prononcé avec Snapcaster et Delver), puis à développer une carte contrant grossièrement la stratégie en question.

Innistrad était en définitive un excellent bloc malgré quelques (grosses) erreurs. La thématique était très forte et bien implémentée, la composante tribale bien au rendez-vous sans tomber dans le gimmick ou dans le deck forcé, et le bloc avait un très grand nombre de cartes jouables.

Passons maintenant à Magic 2013. Ceux qui ont lu ma review de ce Core Set savent que je n’en étais pas très satisfait, du fait d’un déséquilibre manifeste entre une poignée de cartes très puissantes (sur lesquelles ma seule erreur d’évaluation était au niveau d’Ajani, qui n’a quasiment pas été joué) et le reste du set, et que j’avais notamment pressenti le Thragcorne et l’Escouflenfer Foudregueule comme les cartes les plus impactantes pour le Standard. Mais bon, M14 est là, et nous fait rétrospectivement regretter M13. :)

  • Au revoir les checklands. Avec les checklands, WOTC a trouvé un niveau de puissance quasiment parfait, mais leur interaction avec les shocklands Ravnica est effectivement un peu trop forte pour la construction de bases de mana multicolores. J’espère qu’ils reviendront dans quelques années.
  • Bon débarras le Thragcorne. Oui, tout comme pour l’Ange de la Restauration, je suis conscient d’avoir invoqué plus que mon quota de cette sympathique bête, et d’avoir forcé mes adversaires à porter un peu trop de lances. C’est une question de contexte. A un moment où « Vapor Snag/Snapcaster ciblant Vapor Snag » était une des lignes de jeu les plus utilisées, avoir une créature qui la rendait complètement contre-productive était une bonne idée. Mais le Thragcorne a ensuite profité de la complète disparition des jeux tempo pour avoir un effet disproportionné sur le format, faisant quasiment disparaître toute forme d’aggro rapide jusqu’à l’apparition des decks Naya Blitz, lesquels sont trop instables de toute façon. Ceci sans même parler de ses applications en deck Réanimateur où la séquence « Thragcorne qui meurt enchaîné sur Sacres de Déterrement enchaînés sur le flashback du Sacre » est pour le moins pénible.
  • Au revoir Augure de Bolas. J’ai bien aimé cette créature qui nécessite un deck bien construit (bonne proportion d’éphémères et de rituels), et permet de ralentir juste assez les decks aggros.
  • Bon débarras la boue acide. Une carte en théorie éminemment jouable et avec un coût raisonnable, les effets de réanimation et de blink l’ont rendue un peu oppressive pendant de nombreux mois.
  • Au revoir Garruk, Chasseur Primordial. Un excellent planeswalker, bien équilibré du fait de son coût de mana très spécifique. Mais sa nouvelle incarnation semble bien disposée à prendre la relève !
  • Bon débarras, Cherchauloin. Encore une de mes cartes préférées dont je reconnais qu’il est temps de la voir prendre des vacances, du fait de la facilité qu’elle accorde à la construction de bases de mana trop puissantes.
  • Au revoir Archidruide Elfe. A plusieurs reprises dans l’histoire du Standard depuis son apparition en M10, cette carte a permis l’apparition de decks elfes « surprises » toujours impressionnants à voir partir en boucle.
  • Bon débarras, Escouflenfer Foudregueule. Cette carte a rempli son office, puisqu’elle était là principalement pour contrer les decks à base d’Ames Persistantes, lesquels seront bientôt sujets à rotation eux aussi.
  • Au revoir Mutilation. Cette carte excellente, qui laissait présager de très bons decks mono-noirs (ou en tout cas uniquement marais) n’a pas vraiment percé comme elle l’aurait dû.

Theros arrive, et va provoquer une dynamique intéressante entre les decks multicolores principalement à base de cartes du bloc Retour sur Ravnica, et les decks essayant d’exploiter au mieux la mécanique de Dévotion, notamment via les cartes de Dieux.

Ce contenu a été publié dans Opinion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>